WWW.IKIYAGOLEGACY.BE

Bonjour,

Président et Manager du groupe « Les tambours du Burundi », je suis très heureux de vous annoncer que le site www.ikiyagolegacy.be  est en ligne. N’hésitez pas à nous rejoindre sur la page Facebook https://www.facebook.com/originalikiyagolegacy pour être au courant des activités.

Remerciements á Alexandre Flammang (www.flammang.biz ) chez GIMMESHELTER STUDIO pour la création du site et les prises de vues. 

Jean-Pierre Mels - +32 475 85 76 89

Les tambours du Burundi inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO

CULTURE BURUNDI 
Publié le 28-11-2014 Modifié le 28-11-2014 à 00:19

Par RFI

Tambourinaires du Burundi.MARCO LONGARI / AFP

Les tambours du Burundi ont été inscrits, ce jeudi 27 novembre, sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO. La danse rituelle au tambour royal est un spectacle qui associe le son du battement des tambours à des danses, de la poésie héroïque et des chants traditionnels. Toute la population du Burundi la reconnaît comme un élément fondamental de son patrimoine et de son identité. Désormais, c'est reconnu au niveau mondial et c’est le sentiment de fierté qui semble dominer au Burundi.

Emmanuel, un tambourinaire de 28 ans, originaire de la commune urbaine de Buyenzi, à Bujumbura, saute très haut et virevolte avant de retomber sur ses pieds, comme si l’inscription du tambour burundais au patrimoine culturel de l’humanité lui donnait plus de tonus.

« C’est une grande joie, incommensurable, et c’est un grand espoir qui me donne le courage d’aller de l’avant, mais aussi d’encourager mon fils de 12 ans de continuer à jouer le tambour, qu’il a commencé à 4 ans », se réjouit Emmanuel.

Pour une fois, oubliées les mauvaises nouvelles qui semblaient s’accumuler dans ce pays depuis un certain temps. Aujourd’hui, tout le monde semble communier autour d’une tradition qui fédère les Burundais.

« Moi, je suis fier parce qu’on a au moins quelque chose qui nous représente au niveau mondial. Je suis très heureux, je n’ai pas de mots pour l’exprimer, car cela va contribuer à faire connaître ce pays, et surtout parce que le tambour est un facteur d’unité pour les Burundais », dit ce Burundais.

Léonce Ngabo, cinéaste et l’un des plus grands ambassadeurs culturels du Burundi, ne cache pas sa joie car, dit-il, cette décision va redorer l’image d’un tambour qui a perdu, au fil du temps, son caractère sacré.

« Tous les Burundais devraient en être fiers, car il va être protégé dans sa forme de sacralité et je pense que cela va permettre aux Burundais de se rendre compte de cette richesse culturelle que nous avons », a déclaré, à RFI, Léonce Ngabo.

Tous disent attendre maintenant les retombées d’une décision qui devrait donner, aux tambours du Burundi, un souffle nouveau.